Deuxième dimanche de Carême – Soeur Antoinette Tombozi, SNDdeN

Feb 21, 2024 | Gospel Reflections

le 25 février, 2024

Marc 9, 2-10

En ce deuxième dimanche de Carême, l’Eglise notre mère nous invite à méditer sur la Transfiguration de Jésus dans l’Evangile de saint Marc 9,2-10.
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Elie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici !
Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie ».
De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre :
« Celui-ci est mon fils bien-aimé : écoutez-le ! »
Soudain regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

La transfiguration est une anticipation de la résurrection. Elle manifeste d’avance la gloire filiale de Jésus, gloire qu’il possédait dès l’origine mais qui demeure voilée par sa nature humaine. Saint Marc  utilise un verbe qui indique le mouvement : « il le prend à l’écart, il les emmène sur une haut montagne »  la montagne c’est un lieu biblique de la révélation divine tel que Moïse et Elie, ils ont vécu à une étape déterminante de leur vie dans la rencontre avec Dieu sur la montagne.  C’est aussi sur la montagne vers laquelle le Seigneur envoie Abraham manifester la profondeur de sa foi et que Dieu se manifeste à lui comme le Dieu de la vie ; de la bénédiction

C’est à partir de la transfiguration, que jésus oriente le regard de ses disciples vers sa passion après qu’il leur avait fait voir la gloire de sa résurrection
Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean qui sont les trois appelés, ils sont les témoins privilégiés de l’évènement. C’est eux aussi qui l’accompagneront à Gethsémani ou ils le verront défiguré par la frayeur et l’angoisse, après l’avoir contemplé aujourd’hui rayonnant de splendeur
Troublé par la frayeur et l’incompréhension, Pierre veut dresser trois tentes ; or ici c’est nuée lumineuse qui concrétise l’intervention du père. Comme lors du baptême de Jésus une voix se fait entendre « celui-ci est mon fils bien Aimé écoutez-le ».
Après cette vision ; Jésus interdit aux trois disciples de ne rien dire à personne avant que le fils de l’homme ne soit ressuscité d’entre les morts. La transfiguration est en effet orientée vers le mystère pascal.
Nous aussi nous sommes à la suite des Apôtres à contempler la splendeur du visage de Jésus, comme Pierre nous disons : « Seigneur il nous est bon d’être ici » lorsque nous faisons l’expérience de la présence de Dieu dans le silence et le recueillement.  En effet, la voix du père nous exhorte « Ecoutez-le » ! Après la transfiguration Jésus a continué à enseigner ses disciples, les former et les préparer à leur mission future.
Nous sommes appelé en ce dimanche à vivre dans son intimité, à nous laisser pénétrer par sa présence en écoutant sa parole qui éclaire nos vies, qui  nous soutient chaque jour et nous aide à traverser les épreuves de la foi. Oui  écoutez le fils c’est travaillé à l’avènement du royaume dans le concret de nos vies, dans la diversité de nos situations au milieu de ceux avec qui nous vivons. C’est témoigné de l’amour Dieu chaque jour ; c’est répondre à l’appel des pauvres, de souffrants de tous les hommes en détresse et leur révéler ainsi l’amour de Dieu pour chacun. C’est en communiquant cet amour reçu de Dieu que nous découvrons  et ferons découvrir le vrai visage de Jésus. Amen

 

Marc 9, 2-10

Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduisit seuls à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux;
ses vêtements devinrent resplendissants, et d’une telle blancheur qu’il n’est pas de foulon sur la terre qui puisse blanchir ainsi.
Elie et Moïse leur apparurent, s’entretenant avec Jésus.
Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Rabbi, il est bon que nous soyons ici; dressons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie.
Car il ne savait que dire, l’effroi les ayant saisis.
Une nuée vint les couvrir, et de la nuée sortit une voix: Celui-ci est mon Fils bien-aimé: écoutez-le!
Aussitôt les disciples regardèrent tout autour, et ils ne virent que Jésus seul avec eux.
Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur recommanda de ne dire à personne ce qu’ils avaient vu, jusqu’à ce que le Fils de l’homme fût ressuscité des morts.
Ils retinrent cette parole, se demandant entre eux ce que c’est que ressusciter des morts.

 

Rencontrez Sœur Antoinette Tombozi, SNDdeN

Sœur Antoinette Tombozi est née le 20 décembre 1965 dans la République démocratique du Congo. Elle est entrée chez les Sœurs de Notre- Dame de Namur en 1987. Elle fut ses premiers voeux en 1990 et ses dernières voeux en 1998 à Kimwenza. Sr. Antoinette a assuré le poste de Directrice d’internat pendant plusieurs années. Elle a aussi travaillé dans les activités de développement de la province. Elle fut envoyée aux études pour se préparer à être à la tête de la formation initiale dans la province et elle a travaille comme maîtresse des postulantes pour quelques annees.