Nouvelles

LES ÉCOLES DES SŒURS DE NOTRE-DAME PROCLAMENT LA BONTÉ DE DIEU AU NIGÉRIA
Par Sr Christiana Sidi, SNDdeN, Directrice provincial de l’éducation

Ndeaboh edited
Srs. Martina Akhibi et Christiana Sidi s’adressent aux enfants de l’école fondamentale St Peter, Ndeaboh, Enugu State.


« L’éducation est l’œuvre la plus importante sur la terre », disait Ste Julie Billiart. Il y a cinquante-six ans, en 1963, les Sœurs de Notre-Dame de Namur ont répondu à la vision de Ste Julie de proclamer la bonté de Dieu en venant enseigner au Nigeria ! Sans aucun doute, beaucoup de personnes continuent à bénéficier de cet unique privilège d’être « équipées pour la vie » dans toutes nos écoles, et à le partager. Nous éduquons les enfants quelles que soient leur origine et leur situation ethnique, religieuse, sociale ou économique.

A présent, nous travaillons dans six écoles fondamentales et six écoles secondaires dans le pays. Nous servons 2.309 élèves dans nos écoles maternelles et primaires (jardin d’enfants 1-3, maternelle 1-3, primaire 1-6) et 1.592 élèves dans les écoles secondaires (cycle inférieur 1-3, cycle supérieur 1-3). Nous travaillons avec 192 membres du personnel dans les écoles fondamentales, 268 membres du personnel dans les écoles secondaires. Toutes les écoles ont des sœurs comme directrices, économes et professeurs, qui travaillent avec des collaborateurs laïcs, inspirés par l’esprit de Notre-Dame et qui inculquent aux élèves les valeurs catholiques et l’idéal éducationnel de Ste Julie.

Ndeaboh 1
Srs Rita Ezekwem et Caroline Ajaegbu avec des étudiantes de l’Académie Notre Dame pour filles, Amoyo, Kwara State.

Nous luttons pour des frais scolaires abordables, pour donner à chacun l’opportunité de recevoir une bonne éducation, parce que la plupart des élèves viennent de la classe moyenne ou de foyers à faible revenu. Malgré nos efforts, beaucoup de familles trouvent qu’il est dur de payer les frais scolaires. Les directrices, en ajustant des frais pour qu’ils soient moins élevés, sont mises au défi de payer de justes gages à nos collaborateurs et de donner une bonne éducation à ceux qui vivent en pauvreté. Le gouvernement ne donne aucun subside pour soutenir les écoles de « mission » ; les frais scolaires sont la source principale de revenu pour assurer les dépenses dans nos écoles. Le fonds de soutien aux ministères de la congrégation aide beaucoup d’écoles à répondre à certains besoins ; d’autres personnes et groupes soutiennent financièrement nos écoles, en nous permettant de poursuivre la mission.

Ndeaboh 3
Sr. Christiana Sidi avec des enfants de l’école fondamentale Notre Dame, Kulende, Kwara State.


Liste de 12 écoles où nos sœurs préparent les enfants à la vie.

Le service que nous procurons à ceux qui vivent en pauvreté, expérimentant la transformation que l’éducation apporte aux individus et à la société, nous donne de la joie et nous stimule à continuer cette unique mission de former des jeunes pour la vie, comme Ste Julie Billiart. Nous devons continuer à « exister pour les pauvres, absolument pour les pauvres. » (Ste Julie Billiart).

Ndeaboh 4
Des étudiantes de l’école secondaire Notre Dame, Kulende, Kwara State.