Nouvelles

Offrir de nouvelles compétences à des femmes.

Par Sr Mary Isabel Kilpatrick, SNDdeN

Women and SisterIl y a quelques années, les Sœurs de Notre-Dame de Namur ont commencé une nouvelle mission à San Clemente, Pisco, au sud de Lima, au Pérou. Dans cette région, le tremblement de terre de 2007 continue d'avoir des effets durables. En février 2010, les sœurs Miriam Montero Bereche et Mary Isabel Kilpatrick, SNDdeN, se sont rendues dans cette région afin de déterminer la meilleure façon d'atteindre les gens par une nouvelle mission. Les besoins étaient évidents. Au début, seuls ceux qui pouvaient prouver qu'ils étaient ¨damnificadas¨ recevaient des subventions pour le logement. Avec si peu d’aide et un manque de logement, de multiples difficultés ont entraîné des problèmes de santé physique et émotionnelle, notamment une mauvaise alimentation, la violence familiale et la délinquance chez les jeunes. Sr. Miriam a commencé à offrir des ateliers pour aider les personnes déplacées à faire face au stress.

Projet de yaourt

Filling containersSr Mary Isabel a vu la nécessité de fournir un certain emploi aux femmes qui cherchaient une source de revenus. Elle a cherché la possibilité de développer de petits projets avec les femmes. Elle a fait appel à une amie, Maria, une ingénieure en alimentation qui l'avait aidée auparavant à Lima. Maria avait donné un cours sur la préparation de boissons aux fruits et de yaourts aux mères des enfants de l'école Fe y Alegria de Lima. Une fois de plus, Maria était prête à donner des leçons de fabrication de yaourt, maintenant à San Clemente. D'abord, quelqu'un a offert sa maison pour les cours, les femmes ont apporté des ingrédients et ont partagé le produit à la fin. Pendant qu’elles étaient dans la région, Sr Mary Isabel et ses bénévoles ont découvert une petite salle construite récemment pour les personnes ayant des besoins spéciaux. Le gardien, un aveugle, a offert l'utilisation de cette salle, loin du centre de la ville mais avec de meilleures conditions et plus d'espace pour le cours. Cet emplacement a mis les sœurs et les bénévoles en contact avec certaines des familles de la r »gion qui avaient des besoins particuliers.

Le projet devient durable

A partir de ce contact, ils ont développé deux petits programmes de repas, un dans ce centre pour personnes handicapées et un autre dans le quartier de Santa Rosa, en collaboration avec les sœurs Dominicaines qui travaillent également à San Clemente. Divers groupes de femmes aimaient suivre les cours mais elles ont eu du mal à s'organiser pour pouvoir continuer. Plus tard, nous avons pu reconstruire l'une des pièces endommagées par le tremblement de terre à côté de notre maison dans la paroisse. Cet espace est assez grand pour avoir l'équipement Rosa Patty and Yuminécessaire et des conditions raisonnables pour que les groupes apprennent différentes compétences. Avec l'aide de notre amie ingénieure, Maria, un ‘petit reste’ de femmes a développé avec succès le projet Yaourt. Actuellement, en travaillant deux jours par semaine, les six femmes sont capables de produire 60 à 80 litres de yaourt. Cette quantité couvre le coût des ingrédients et donne un petit bénéfice à chaque participante qui vend le yaourt. Il est possible d'augmenter la capacité mais les femmes ne sont pas encore prêtes à franchir cette étape.

Bien que le projet soit petit, il constitue une source de revenu importante pour les familles concernées ; le produit lui-même présente des avantages pour la santé des bénéficiaires; les participantes ont développé des amitiés, elles ont appris à traiter avec les clients et à faire face aux fluctuations des prix et et de la disponibilité des ingrédients. Elles ont leurs épreuves et leurs tribulations mais aussi un lieu pour les partager. Elles apportent plus de vie à la communauté paroissiale. Elles espèrent finalement fournir des services de restauration pour des groupes qui viennent pour les baptêmes et les funérailles.

Développement pour les femmes

Outre le développement du projet d'élaboration de yaourt naturel, l'objectif est un développement intégré pour les femmes à travers des ateliers de développement personnel et de compétences pratiques ; ceux-ci comprennent des ateliers créatifs de couture, la peinture de produits vendables, comme des nappes,  et des cours occasionnels de confiserie-pâtisserie. Le projet de Boulangerie couvre ses coûts de base après les dépenses initiales pour les ustensiles et les ingrédients; le projet de Couture couvre les coûts des matériaux. Un programme en pleine expansion, «Healing Touch» (toucher qui guérit), est axé sur la formation et le développement en médecine énergétique avec les femmes du groupe pastoral de santé. Une bonne santé pour les gens est toujours un objectif à long terme. Des ateliers de formation continue pour les participantes contribuent à la dimension éducative de ce programme: deux femmes du niveau 4 se préparent au niveau 5 et recevront leurs certificats cette année. Le nombre de femmes qui participent à ces programmes fluctue; celles qui sont impliquées en bénéficient en apprenant une nouvelle compétence. Dans tous les programmes, environ 40 à 50 personnes en ont bénéficié directement et beaucoup plus indirectement dans la communauté paroissiale.

Le plus grand défi est d'éviter la dépendance et d'impliquer de nouvelles personnes dans les groupes qui ont travaillé ensemble pendant un certain temps. Potentiellement, les femmes ont la motivation et les compétences pour devenir autonomes, car elles grandissent en confiance dans leurs propres capacités et un sens de la bonté de Dieu dans leur vie.