Nouvelles

Une belle histoire au centre médical

Sœur Rose Ndianefo, SNDdeN

“Vraiment vous avez sauvé ma vie!”

Bello, une mère de quatre enfants a failli mourir à la suite d'une gastro-entérite. Elle a été transportée à l'hôpital à 2 heures du matin dans cette pénible journée souffrant de diarrhée et de vomissements. Elle était malade depuis environ quatre jours. À son arrivée, elle avait l'air très faible, déshydratée avec les yeux enfoncés, la bouche et la peau sèches. Elle était à peine capable de parler, en raison de son état général de faiblesse. Selon son mari, elle avait utilisé beaucoup de médicaments traditionnels, mais sans aucun effet. Quand son mari a vu que son état s'aggravait, et que Bello était presque au point de mourir, il a décidé de l'amener à notre hôpital. Il avoue avoir paniqué, "Je crains qu'elle ne meure, si j'attends le jour et je n'ai pas d'argent pour la soigner." Quand on lui a demandé pourquoi il ne l'avait pas amenée à la l'hôpital plus tôt, ou pourquoi il a attendu si longtemps, il a répété qu'il n'avait pas d'argent.

Sr. Rose and Bello 450px web

Sr. Rose Ndianefo, SNDdeN prend soin d'une femme gravement malade au centre médical Soeurs de Notre Dame.

Au Centre de santé Notre Dame d'Amoyo, au Nigéria, nous avons admis Bello dans la salle des femmes; elle a subi une évaluation médicale et son traitement a commencé. Les recherches de laboratoire ont révélé non seulement la gastro-entérite, mais aussi la typhoïde et le paludisme. Hospitalisée pendant cinq jours, avec de multiples médicaments et traitements, elle s'est améliorée enfin. Lorsqu'elle a quitté l'hôpital pour aller à la maison, son mari n'a pu payer même un penny pour le coût élevé des médicaments et des examens de laboratoire.

Cette femme reconnaissante a certainement apprécié tous nos soins. En remerciant les sœurs et les membres du personnel, elle a déclaré: "Vous avez vraiment sauvé ma vie."  Elle nous a dit qu'elle connaissait les soins et le traitement spécial dans notre centre médical. Elle a compris aussi que nous accepterions de la soigner, même si elle et son mari n'avaient pas d'argent. Son mari a avoué que lorsque ses voisins lui ont dit de prendre sa femme dans un autre hôpital de la ville, il a refusé en leur disant qu'aucun hôpital ne s'occuperait de sa femme s'il n'avait pas de quoi payer. Seul le Centre médical Notre Dame les aiderait. Son mari a déclaré: "Je savais que, ici, dans ce Centre, vous alliez nous aider et soigner ma femme, même si nous n'avions pas d'argent à payer sur place."

sign board Amoyo 300px webServices multiples assurés par un personnel limité
Le Centre est ouvert 24h / 24 pour les soins d'urgence. Il offre de multiples services, y compris les accouchements normaux et par césarienne, des soins prénatals, des conseils nutritionnels pour les mères avec de nouveaux bébés, des traitements pour l'hypertension, le diabète, des problèmes gastro-intestinaux et diverses maladies (hépatite B, paludisme, typhoïde, etc.) Et encore les vaccinations. Les sœurs Rose Ndianefo et Mary Bernadette Eboh, SNDdeN servent d'infirmières et de sages-femmes qui travaillent avec un médecin, un technicien de laboratoire, deux infirmières et deux agents de santé. Trois personnes assistent à la maintenance et à

Rose and Anthonia with a staff at mobile clinic counsel t

Sr. Rose Ndianefo, SNDdeN donne une injection contre l'hépatite B à un patient, un soignant prépare des documents et Sr Antonia Uwakwe, SNDdeN prépare l'injection suivante.

la sécurité. Sœur Antonia Uwakwe, SNDdeN est un agent de santé communautaire du Centre médical. Tous les membres du personnel visent à fournir des soins de qualité, dans un service efficace pour les personnes; Nous proposons des séances éducatives sur les soins de santé préventifs et le bien-être de l'enfance. L'année dernière, même avec 100 nouveaux patients et 284 anciens cas, nous avons lancé un programme pour les orphelins et les enfants vulnérables. Parfois, même avec des ressources limitées, notre personnel médical se rend à domicile à domicile pour les personnes âgées et à deux cliniques de proximité, y compris une clinique mobile lorsque cela est nécessaire.

Les gens ont de l'espoir lorsqu'ils viennent chez nous pour des soins médicaux. L'esprit Notre Dame est vivant et actif, avec l'option de St. Julie pour ceux qui vivent dans la pauvreté et pour les malades dans une communauté mal desserive. Les habitants d'Amoyo reconnaissent la bonté de Dieu dans ce ministère des soins de santé des Sœurs de Notre Dame de Namur.  En septembre 2014, j'ai été missionné au Centre médical, un lieu spécial où nos soeurs sont appelées à travailler. C'est ue région où les gens mangent à peine deux fois par jour. Ils ne peuvent pas non plus se permettre les soins médicaux et souvent, ils ne dépendent

Mary Bernadette Eboh

Sr. Mary Bernadette Eboh, SNDdeN prépare un groupe de futures mamans à l'accouchement.

que de médicaments à base de plantes médicinales pour guérir. Dans notre hôpital, nous avons une politique de ne refuser personne, simplement parce qu'il n'a pas d'argent à portée de main. Bien sûr, notre politique résulte en dettes impayées, avec des défis pour la recherche de financement grâce à des subventions, des commandites et des efforts de collecte de fonds. Nous continuons à travailler avec d'autres hôpitaux / cliniques, églises et organisations. Nous faisons ce que nous pouvons pour atténuer les souffrances des patients défavorisés, vivant dans de mauvaises situations, comme ils témoignent en permanence. L'histoire de Bello montre que nous donnons aux gens un bon espoir pour une vie meilleure à Amoyo, et nous continuerons à apporter la bonne nouvelle dans nos œuvres pour ceux qui en ont besoin au Nigeria.