Réflexions sur l'Evangile

Feast of Corpus Christi

Luke 9:11b-17

Sunday Gospel Reflection by Sister Marie-Angele Kitewo

Publié: June 23, 2019


 « Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés, … » (v.17)

Il est intéressant d’établir un lien entre les deux miracles utilisant le pain pour nourrir les foules affamées. Ces deux miracles s’inscrivent dans un milieu géographique presque identique, à savoir : le désert. Ils sont aussi caractérisés par un contexte qui favorise l’intervention divine.

Dans l’Ancien Testament, c’est le peuple qui se révolte contre le fait d’avoir été obligé de sortir de l’Egypte, -où il y avait à manger et à boire à satiété ; abondance de la nourriture. Il a été amené au désert,- où il y a la famine, (Ex.16,3). Cette dure expérience pousse le peuple Hébreux à s’éloigner de Dieu, à oublier déjà tant de signes prodigieux qui ont été accomplis en sa faveur!

Voici Dieu qui intervient en faisant pleuvoir la manne, pain descendu du ciel. C’est une manifestation de l’amour infini de Dieu envers son peuple. Non seulement Dieu intervient, mais en plus, Il prend ce peuple en charge à 100%, jour par jour. La manne et les cailles lui étaient fidèles jusqu’à l’entrée dans la Terre promise.

Quant à la multiplication de pains, dans le Nouveau Testament, selon l’évangéliste Luc, le miracle devient le résultat d’une collaboration entre Dieu et la foule, d’une rencontre entre l’action divine et celle de l’humain. La foule offrent cinq (5) pains et deux (2) poissons. Jésus prie sur eux, les bénit, les rompit et les donne aux disciples pour les servir à la foule.

Suivons attentivement les actions de Jésus: « Il leva les yeux au ciel » (rend grâce au Père); « les bénit » (faire descendre sur eux la bonté du Père); « les rompit » (augmente leur nombre); « et il les donna aux disciples pour les servir à la foule ».

Arrêtons-nous sur ‘action de « rompre » : C’est après que les cinq pains entiers et les deux poissons entiers étaient devenus des morceaux, que le miracle s’est effectué. Et que la distribution est devenue possible, car chacun pouvait recevoir x nombre de morceaux. Considéré sous cet aspect, le miracle de la multiplication de pains est plutôt compris comme le miracle du partage. En effet, la multiplication n’est que la conséquence de la fraction ou du partage.

Fidèle à sa propre philosophie, Jésus applique les mêmes gestes lors de l’institution du sacrement de l’Eucharistie (Lc 22,19-20). Et de cette manière Il se donne en nourriture aux générations de tous les âges et de tous les siècles. D’où, l’Eucharistie est le sacrement du partage! C’est grâce au partage que les foules et les peuples affamés peuvent être nourris, car ils sont alors associés aux bénéficiaires. Ils auront la chance de survivre et de bien vivre au point d’être capables de porter des fruits en abondance.

Jésus-Eucharistie s’est donné à nous en signe de partage de TOUT ce qu’Il est, afin que nous vivions en Lui, et que nous témoignons de cette vie. Notre service missionnaire à travers le monde, en tant que SND, femmes consacrées pour faire connaître la bonté de Dieu, ne peut trouver son sens et sa fiabilité, qu’à travers le partage des richesses eucharistiques.

Que Jésus-Eucharistie trouve sa demeure en chacune de nous, qu’Il y reste et fasse de nous des fidèles agents de sa mission!                                                       
Bonne dévotion à toutes et à tous!

 

« Voir tout Évangile Reflections